Du pain, du café et des poèmes…

FETE PAIN (570x800)

Demain dimanche 29 juin de 14h à 18h, c’est la fête des pains au manoir des Chalais, boulevard Albert 1er avec à l’honneur l’Amérique du Sud.

En amont de ce rendez-vous festif, l’Espace lecture mardi matin dernier est allé à la rencontre des participants du Café des Iles au centre social Champs Manceaux pour faire circuler des petits extraits drôles ou poétiques de la littérature sud-américaine, glissés dans de jolies enveloppes colorées.

Au menu bien sur du café, des petits gâteaux, quelques auteurs de là-bas : Gabriella Mistral, Pablo Neruda, Humberto Ak’abal ou encore Gabriel Garcia Marquez et  Manuel Bandeira dont les extraits ont été distribués autour de la tablée.

.DSCN7492 (800x438) (2) DSCN7501 (800x715) (800x715)

Certains ont eu envie de partager leur texte, se lançant dans de jolies lectures à voix haute

DSCN7505 (800x600) (2) DSCN7498 (800x676)

Et pour compléter ce petit moment littéraire très sympa, Jean-Claude et Agnès, poètes du quartier ont lu leurs nouvelles créations écrites spécialement pour la fête du pain :

 DSCN7481 (800x600) (2) DSCN7488 (800x501)

« Le Boulanger »

Je suis le boulanger de Pornic, le roi de la baguette magique. Je fus le meilleur ouvrier de France, ce ne fut pas sans persévérance. Mon épouse c’est Isabelle, elle a de belles miches, elle, mais attention à la main baladeuse, elle vous gifle furieuse. Mais si vous lui tapez dans l’œil, là vous aurez un meilleur accueil. C’est la reine de la flûte enchantée, même Mozart peut aller se rhabiller. C’est l’impératrice du fifre à grelots, de toutes tailles, même des très gros. Elle a une chatte qui se prénomme Agathe. Elle est dodue et bien nourrie et ne mange pas que des souris. C’est comme la femme du boulanger car cette Pomponette aime draguer, c’est de la faute à son mari qui travaille jour et nuit, qui ne fait guère de calins et qui ne pense qu’à pétrir son pain. C’est vrai qu’il ne peut être, c’est certain, à la fois au four et au moulin. Du moment que ça rapporte et qu’il y ait queue à sa porte. Elle attire les clients, elle est belle, elle attire comme un aimant «  Jean-Claude

 DSCN7506 (800x600) (2) DSCN7490 (800x437)

 « Le pain cette gourmandise »

Sa mie fraîche et savoureuse fond dans la bouche, D’un gourmand qui s’offre une tendre bouchée Qui se transforme en goût sucré longuement mâchée. D’autres préfèrent le pain en soupe servie à la louche.   Apprécié dans les quatre coins du monde, Il prend une teinte plus ou moins blonde, Ou des formes tantôt plates tantôt rondes. Les boulangers aiment que les blés abondent.   Une météo capricieuse et nos façonneurs pleurent. Une pénurie de blé et c’est le peuple qui meurt. Ne pas gaspiller le pain, C’est respecter son prochain.

Agnès Lorant

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s