0

Bricolivre 17 : je vous écris …

   C’est le poème d’Henri Michaux qui commence par « Je vous écris d’un pays lointain… » et se termine par « Quand allons-nous nous voir enfin? » qui nous inspire ce nouveau bricolage : un lettre-enveloppe à fabriquer, à écrire ou dessiner puis à poster ! Car si les moyens de communication ne manquent pas, rien ne remplace le petit plaisir inattendu de trouver un joli mot dans sa boîte aux lettres et justement rien de plus simple à faire !

Découper dans du carton assez épais quatre ronds de même diamètre : ici, c’est 8,5 cm. Découper un carré avec les même dimensions soit 8,5 x 8,5 cm. Plier chaque rond en deux et coller la moitié de chaque rond sur le carré.    

On peut écrire à l’intérieur du carré un mot doux, un poème, un p’tit coucou ou encore peindre, dessiner, coller… Ensuite refermer l’enveloppe en superposant les ronds l’un après l’autre. Ecrire l’adresse et timbrer. Et voilà, plus qu’à expédier !

 

Et vous pouvez écouter le poème complet d’Henri Michaux en cliquant sur ce lien : https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/delphine-seyrig-lit-henri-michaux-je-vous-ecris-dun-pays-lointain

 

1

Bricolivre 15 : Boite à carnets

Pour compléter le Bricolivre 14 et ses petits carnets de choses à la façon de Sei Shōnagon, voici une boite à fabriquer et à décorer pour ensuite ranger sa collection de petits carnets. Elle est exactement adaptée à la taille de nos carnets. Prenez une feuille cartonnée assez épaisse et reportez les mesures comme sur la photo. Couper sur les traits rouges. Marquez les plis dessinés en gris pour ensuite les plier. Mettez de la colle au dos des 4 carrés hachurés en rouge et faites les glisser à l’intérieur pour qu’ils viennnent se coller sur les deux rectangles du centre. Et voilà, la boite est faite !

     

Avant de plier et coller la boite, on peut la décorer avec feutres, peinture ou collages ou on peut aussi écrire dessus toutes les choses qu’on aime.

  

 

2

Bricolivre 14 : Carnets d’inventaires poétiques

Meisyo-Edo-hyakkei ; Les cent vues d’Edo] ; Les rizières d’Asakusa au moment de la fête du coq Estampe peinte par Hiroshige -Gallica-BnF-

L’écriture est un bon moyen d’évasion et notre bricolivre du jour nous transporte jusqu’au Japon pour découvrir Sei Shōnagon, dame de la cour au 11e siècle qui a rédigé « Notes de chevet », sorte de journal mêlant anecdotes, réflexions, poèmes ou encore collection de listes très inspirantes comme « Les choses qui font battre mon cœur : des moineaux qui nourrissent leurs petits. Passer devant un endroit où l’on fait jouer de petits enfants. Se coucher seule dans une chambre délicieusement parfumée d’encens. S’apercevoir que son miroir de Chine est un peu terni […] » ou encore  » Choses qui ne font que passer », « Choses qui sont les plus belles du monde », « Choses qui rendent heureux » ou bien « Choses que l’on a grande hâte de voir, ou d’entendre », « Choses pénibles »…

Des inventaires poétiques à la manière de Sei Shōnagon ou bien à inventer soi-même comme « Choses qui sont si bonnes à manger » ou « Choses que je ne ferai jamais » L’inventaire peut se faire seul.e ou à plusieurs, en famille . Il peut s’écrire ou se dessiner. Pour l’occasion, on fabrique des petits carnets, chacun dédié à un thème. La couverture du carnet est un rectangle de 16 cm x 11 cm plié en deux et les feuilles à l’intérieur de 15 cm x 10,5 cm. Pour la reliure, ce ne sera pas la reliure japonaise, mais la reliure écolière très simple à réaliser.

 

Pour un carnet, il y a 7 rectangles pliées en deux soit 14 pages.Faire 3 trous dans les feuilles et la couverture. Cette épaisseur permet de percer les trous avec une aiguille. Si vous voulez plus de feuilles, vous pouvez percer avec la technique du clou, comme pour le Bricolivre 13. Répartissez les 3 trous : ceux du haut et du bas sont à 1 cm du bord et celui du milieu est au milieu 😉 Doublez le fil et commencez à coudre par le milieu à l’intérieur. Pas besoin de faire de nœud, laissez juste 3-4 cm de fil dépasser. Passez ensuite l’aiguille dans le trou du haut, repassez dans le trou du milieu, passez dans le trou du bas, revenez par le milieu, glissez l’aiguille sous le fil et faites un noeud double avec le bout du fil du début.

 

Voilà, vous avez une belle reliure écolière et une collection de carnets infinie …

 

 

 

0

Bricolivre 9 : Boite à coccinelle

« Coccinelle, demoiselle, ou t’en vas-tu donc ? Je m’en vais dans le soleil car c’est là qu’est ma maison… » C’est du poème de Jean Rostand qu’est inspiré le bricolivre du jour. Un bricolivre qui tient dans une boite d’allumette et pourrait tout aussi bien servir de maison à une libellulle, un papillon ou encore un scarabée … La petite bête en question faite de différents ronds dont le plus grand fait 5,5 de diamètre est monté sur ressort grâce à des petites languettes pliées en 4 comme un accordéon et collées sur un livre accordéon qui s’ouvre et laisse découvrir au choix une petite histoire ou un poème à choisir ou à inventer.

   

2

Bricolivre 7 : Poulettes poétiques

Des petits poules colorées qui se balancent et cachent sous leurs plumes, non pas des œufs ni des poussins, mais une petite berceuse ou qui sait un petit poème à inventer soi-même ! C’est le bricolivre 7 très simple à réaliser  puisqu’il suffit de découper des ronds. Si vous n’avez pas de compas, le rond d’un verre ou d’un bol peut très bien faire l’affaire. Un grand rond pour la poule entière ( ici 7,5cm de diamètre) et un rond plus petit coupé en deux pour les ailes (ici 3,5cm de diamètre)

On colle à l’intérieur un petit poème ou on peut aussi l’écrire soi-même et on n’oublie pas un petit triangle à faire dépasser à l’extérieur pour le bec. Voilà, les petites poulettes poétiques n’ont plus qu’à s’envoler ici et là !

Et en bonus les petites ronds poétiques à imprimer (feuille au format A4) si besoin et la berceuse à écouter en cliquant sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=1lqLmWAIMvs

0

Dans l’Espace Lecture il y a …

 

Dans l’Espace Lecture, il y a régulièrement des ateliers pour jouer avec les mots et créer sa propre petite musique poétique quelque soit sa maitrise du français.

   

Les apprenants d’Ordilangue étaient au rendez-vous lundi dernier pour découvrir aussi le jardin de l’Espace Lecture et tout le vocabulaire qui s’y rattache

 

… une belle inspiration bucolique avant de cultiver leur propre jardin poétique et faire germer mots et images

  

à découvrir aussi sur le blog d’Ordilangue en cliquant  ici

1

Prenez si ca vous plait…

 

C’est l’histoire de deux escargots qui s’en vont à l’enterrement d’une feuille morte …

et voilà le soleil qui leur dit … Prenez si ça vous dit prenez la peine de vous asseoir

et si le cœur vous en dit reprenez vos couleurs…

 

Un conseil suivi aussi par l’atelier Peinture en poésie qui s’est lancé dans l’illustration textiles de ce poème de Jacques Prévert. Prochaines étapes pour avancer sur ce beau projet : mardi 14 et 28 mai de 14h à 17h.

1

Tas de mots…

Une fois par mois l’atelier d’écriture est l’occasion de jouer avec les mots, les siens mais aussi ceux des autres. Ce mois-ci, on s’inspire du poète Lucien Suel et de ses poèmes calligrammes et poèmes express pour créer un tas de textes drôles, poétiques, touchants ou encore décalées.

  Ca fait cogiter autour de notre grande tablée pour le plaisir d’inventer mais aussi de lire et d’écouter toutes les créations. Prochain rendez-vous mardi 21 mai et d’ici là, on peut se régaler à écouter aussi Jacques Bonnafé lisant Lucien Suel et s’amuser à créer son poème express de la page 154 à l’invitation du poète !

 

0

Le port a jauni … et nous inspire !

A l’Espace Lecture il y a les chaises vertes, rembourrées, avec un grand dossier. Ce sont les chaises royales, celles qui permettent de rester longtemps devant l’écran des ordis. Et puis  il y a les chaises en bois, jaunes ou vertes, bien carrées, solides et faciles à déplacer. Elles servent pour tout, tournent, virevoltent , s’alignent, se mélangent, se mettent en cercle ou en ligne sans faire de manière. Et puis il y a quatres gros fauteuils, jouflus à souhait, bien lourds mais bien  confortables aussi. Les plus petits adorent se hisser sur leur sommet, on y sirote un café, on y pose sacs et manteaux. Il y a aussi trois petites chaises blanches. On pourrait les croire dédiées aux enfants mais non pas du tout. Ce sont celles des bénévoles qui viennent raconter des histoires le lundi matin. Des petites chaises à hauteur des petites oreilles tout en se souciant des genoux usés.

Et puis une fois par mois, il y a quinze à vingt chaises autour de grandes tablées. Assis dessus, il y a les participants de l’atelier d’écriture qui lors du dernier atelier ont eux -même raconté l’histoire de chaises croisés dans leur vie. Chaise de cuisine, chaise d’attente, chaise haute ou chaise longue…à l’instar de du recueil de poèmes « Les chaises » de Raphaële Frier, illustré par Clothilde Staës,  traduit en arabe par Nada Issa aux éditions Le port a jauni. Une maison d’édition qui publie des livres à la fois graphiques et poétiques bilingues en français et en arabe et véritable mine d’inspiration pour les ateliers d’écriture de l’Espace Lecture ! Prochain rendez-vous maintenant mardi 2 avril et encore de belles découvertes à faire …